Tchad : Le bilan des inondations de l’année 2022 rendu public

Ce mercredi 31 mai 2023, le Premier Ministre Saleh KEBZABO a présidé une réunion de travail avec le comité stratégique de gestion et de prévention des inondations au Tchad.

Le bilan des inondations de l’année 2022 au Tchad a fait l’objet de la réunion de travail. Le comité a précisé que 19 provinces sur 23 ont été touchées par les inondations et dont les dégâts ont été énormes.

Le comité stratégique de gestion et de prévention des inondations au Tchad a présenté le bilan au Premier ministre comme suit : 78949 maisons détruites, 465030 hectares de champs détruits et 19399 têtes de bétails engloutis, selon les chiffres publiés par la primature.

Mont de Lam : le CAMOL annonce plusieurs actions à mener dans les jours à venir

Le Collectif des Associations du Département des Monts de Lam (CAMOL) a organisé une conférence de presse ce mercredi 31 mai 2023 sur la crise qui prévaut dans le Logone Oriental, par son Coordonnateur National Me Nodjitoloum Salomon.

Cette conférence de presse fait suite à la rencontre des cadres de la province du Logone Oriental, reçus par le Président de la Transition, Général Mahamat Idriss Deby Itno, le 24 mai 2023.

Le bilan provisoire des déplacés selon le Collectif s’élève à 14284 personnes réparties dans des écoles, centres de santé et les églises, soit :

– Bessao/Ngadibian: 9582 personnes
– Larmanaye: 2702 personnes
– Moundou : 1200 personnes
– Bédane: 800 personnes dont la grande partie des femmes et des enfants.

À l’issue de la conférence de presse, le CAMOL réitère ses déterminations dans la recherche d’une paix sincère, exige le désarmement de toute la population et interpelle Alhadj OUMAR BELLO, Alhadj Boukary, Hissein Dogo considérés comme des commanditaires des meurtres.

Le collectif demande également la libération immédiate et sans condition du Chef de village Nga et le fils du chef de village de Kagtao du canton Andoum. Il annonce une marche de protestation dans la ville de N’djaména et des provinces dont la date de cette marche sera communiquée ultérieurement.

Mayo Kebbi Ouest : L’hôpital provincial de Pala enregistre pour la première fois la naissance d’un quadruplet

Une femme la nommée YANBE BERTINE habitant le quartier Soudjé-Mbaye dans le premier arrondissement de la ville de Pala a donné naissance à un quadruplet ce 31 mai 2023 à l’hôpital provincial de Pala. Les quatre enfants sont de sexe féminin. 

Interrogé, l’infirmière accoucheuse qui a suivi l’accouchement, Wansalé Linkréo dit que la mère et les enfants se portent bien. Elle informe par ailleurs que c’est une «chance pour cette dernière,» car elle s’est présentée une seule fois seulement à la consultation prénatale.

WANSALE LINKREO conseille les femmes en grossesse de fréquenter régulièrement les structures sanitaires.

Le Surveillant Général de l’hôpital provincial de Pala HAMANE DJODA demande pour sa part le soutien des uns et des autres en faveur de ce couple. Car dit-il, l’hôpital de pala a fait déjà le premier pas.

Il faut noter que c’est pas pour la première fois que l’hôpital provincial de Pala enregistre ces genres d’accouchement. Ce quadruplet est précédé de plusieurs triplets enregistrés au Mayo-Kebbi Ouest.

TCHEDJOLBE Jean-Claude

Opinion : une transition sans partis politiques

Le jeu démocratique s’appuie en premier sur des partis qui sont de principaux instruments de participation politique. Un parti, pour peu qu’il soit parti, est appelé à interpréter les aspirations de la société civile en les orientant vers le bien commun et offrent aux citoyens la possibilité effective de concourir à la formation des choix politiques.

Une chose est essentielle pour un parti politique et on n’en trouve plus au Tchad : un parti doit être démocratique en son sein. Il doit être capable de synthèse politique et de programmation d’action.

Souvent dans les formations politiques tchadiennes, on est dans un système totalitaire qui n’accepte pas des schèmes de pensées qui détonnent avec ceux du leader assimilable à un timonier. Or c’est la démocratie qui est le levain de tout parti politique.

Par conséquent, la démocratie au sein des partis politiques implique le degré d’inclusion de ses membres dans les prises de décisions et les délibérations.

Ce principe d’organisation et de méthodique n’est lisible dans aucun parti au Tchad. Le Tchad se glorifie de sa démocratie avec un nombre de parti indéchiffrable. Au coin d’une rue, à l’entrée d’un marché ou aux côtés d’une école, il arrive parfois de lire un panneau « siège d’un parti » qu’on découvre pour la première fois.

Dans un débat télévisé, ou dans un organe de presse, il arrive également la sortie claire-obscure d’un inconnu chef de parti, ou la déclaration nébuleuse d’un lugubre parti.

Mais en réalité, il n’existe plus de partis politiques. Certains partis ne doivent aujourd’hui leur existence qu’à leur arrimage à l’ancien parti au pouvoir ou au pouvoir actuel. Et, on peut le dire sans risque de ne se tromper ni d’être démenti, que presque tous (exceptés quelques rares), à la place de la politique dans le vrai sens du terme, font de la débrouillardise.

Et, pour s’en sortir, certains, comme les fins hâbleurs, s’appuient sur leur éloquence pour tromper leur monde et d’autres usent de leur ruse de lièvre. Le but de ces micro-partis, dont certains n’existent que sur le papier, est d’occuper l’espace médiatique avant de rejoindre une coalition, puis de passer au guichet pour en récolter les fruits.

Une tendance régulièrement alimentée par les partis au pouvoir, quels qu’ils soient, afin de provoquer des scissions chez leurs opposants. Les électeurs perçoivent la dimension opportuniste de ce phénomène qui ne fait que renforcer leur défiance à l’égard de la classe politique.

La conférence de presse se tient soit dans une salle de classe, soit dans une étroite pièce d’auberge. La foule ne compte pas 10 personnes. Mais la déclaration est violente si le parti se dit de l’opposition.

Elle est dithyrambique si le chef du parti est de la mouvance présidentielle. Quand cette mouvance organise quelque chose de politique, le parti est présent et le chef se démène pour saluer Ministres, Députés et personnalités influentes de l’ancien parti au pouvoir (MPS) et de la mouvance présidentielle. Tout renvoie à un marchand ambulant politique. Ce que fait le Président de la République ne les embrouille pas trop.

Ils veulent quelque chose, DG, Ministre ou PCA ! La Mouvance présidentielle tient l’Etat et distribue des sinécures. Même les alliés crédibles de la transition sont incapables de dire le nom intégral du petit parti allié, ni ne connait son siège.

Il ne dispose de fois même pas de siège. L’immense majorité des partis tchadiens n’a ni base politique ni différenciation idéologique. Leur création répond avant tout à l’agenda personnel de leur leader en vue d’aller négocier son ralliement au camp au pouvoir ou à l’opposition, au gré du contexte.

 

Evariste DJETEKE

Chantier pont sur le fleuve Chari : le rythme n’est pas satisfaisant (Saleh Kebzabo)

Mardi 30 mai 2023, le premier ministre de transition Saleh Kebzabo, accompagné du Ministre des Infrastructures, des Transports et du Désenclavement, Dr Idriss Saleh Bachar, ont visité le chantier de construction du deuxième Pont à double voies sur le fleuve Chari. 

D’une longueur de 320 mètres, ce long pont, reliera le 7ème et le 9ème arrondissement de la ville de N’Djaména.

Lancés depuis 2019, les travaux ont connu un grand retard dans le délai d’exécution, initialement prévu pour 18 mois.

Après avoir écouté les explications de l’entreprise en charge de l’exécution des travaux et du ministre des infrastructures et du désenclavement, le premier ministre n’a pas caché son mécontentement.

«C’est un rythme qui n’est pas satisfaisant, ni pour le gouvernement, ni pour les usagers qui sont nombreux et exigeants. 2019, jusqu’à nos jours, comme rendement, pour utiliser le terme du ministre, c’est pas très fort et tout ce qu’on peut vous demander, c’est de travailler d’arrache-pied, » a lancé le Premier Ministre.

À cet effet, un délai supplémentaire d’un an a été accordé à l’entreprise pour la restitution du pont, afin de faciliter la circulation aux usagers de cette voie.

Tchad : le Bloc Fédéral entend organiser une journée ville morte dans les jours à venir

Le Bloc Fédéral, plateforme regroupant des organisations de la société et des partis politiques de l’opposition a organisé ce mardi 30 mai, une conférence-débat au Centre d’Études et de Formation au Développement (CEFOD). 

L’intervention de l’ancien Ministre Baniara Yoyana, porte-parole de la plateforme Bloc Fédéral a axé son intervention sur le récapitulatif des deux années de transition depuis le 20 avril 2021 jusqu’à nos jours.

Il a brossé les différents évènements qui se sont déroulés et ceux en cours dans le Mandoul et la Nya Pendé.

Pour l’un des panelistes Bedaou Caman, la présence militaire française au Tchad depuis 1800 jusqu’à nos jours est un fléau. Il a pointé la responsabilité de la France dans la déstabilisation du pays de François Tombalbaye jusqu’au temps du Maréchal Idriss Deby Itno.

Le bloc fédéral annonce qu’au regard de la situation sociale et politique que traverse le Tchad avec l’augmentation des prix des carburants, l’injustice, l’insécurité, demande le départ de la France sur le sol tchadien et les massacres au quotidien.

C’est dans ce contexte que le Bloc Fédéral entend annoncer une journée ville morte sur toute l’étendue du territoire national avec toutes les corporations socioprofessionnelles pour revendiquer justice et dénoncer tous les maux qui minent le pays en ce moment.

RCA : le président Touadéra annonce un référendum constitutionnel

Dans une annonce à l’occasion de l’adresse à la Nation faite ce 30 mai 2023, le Président centrafricain Faustin-Archange Touadéra va convoquer un référendum constitutionnel. 

Le chef de l’État dit avoir consulté le président de l’Assemblée nationale et celui de la Cour constitutionnelle. En revanche, il n’a pas indiqué de date pour la consultation, ni quel texte sera présenté.

Tchad : le Directeur Général de la SNE appelle la Direction de distribution à la répartition équitable d’électricité

Dans une circulaire datant du 25 mai 2023, la Direction Générale de la Société Nationale d’Électricité (SNE) se dit consciente du fait que la production électrique actuelle ne permet pas à la société de desservir toute la ville de N’djaména.

Cependant, elle constate avec «amertume» que le programme de délestage n’est pas équitable. Certains quartiers sont favorisés au détriment des autres, indique la circulaire.

Dans cette optique, la Direction Générale instruit le Directeur de Transport et de Distribution de prendre toutes les dispositions qui s’imposent afin d’établir un programme de desserte équitable en attendant la normalisation de la situation actuelle.

 

 

Crise au Soudan : le CEDPE craint une menace terroriste à Khartoum

Le Centre d’Études pour le Développement et la Prévention de l’Extrémisme (CEDPE) réagit à la crise soudanaise, déclenchée depuis le 15 d’avril 2023 par des affrontements opposants les forces au pouvoir du Général Al Burhan et les paramilitaires du Général Hemeti qui a fait 1800 morts et plus d’une centaine de milliers de réfugiés sur le territoire tchadien. 

À travers un communiqué de presse, le CEDPE affirme qu’il y a une réelle risque de menaces terroristes qui planent, même que le groupe Al-Qaïda serait aperçu dans la capitale Khartoum.

«Le risque que les groupes terroristes et tous autres bandits profitent de l’instabilité pour accentuer l’insécurité déjà régnante.»

Le CEDPE appelle à l’imposition d’une force étrangère de s’interposer et qui permettra d’écarter les belligérants et d’avoir une vue d’identification des forces qui menacent la stabilité du Soudan.