Niger, Mali, Burkina, Tchad et Togo mènent des exercices militaires conjoints

Les armées du Niger, du Mali, du Burkina, qui forment l’Alliance des États du Sahel, ainsi que celles du Tchad et du Togo sont en train de réaliser des exercices militaires conjoints. Une première. 

Leurs soldats s’entraînent depuis le 20 mai dans l’ouest du Niger, près du Mali, afin, officiellement, de renforcer les capacités opérationnelles et la résilience de leurs forces armées.

Pour le ministère nigérien de la Défense, l’exercice se veut d’envergure nationale et comprend des manœuvres tactiques conjointes, des simulations d’opérations spéciales et des actions de coopération civilo-militaire visant à renforcer les liens entre les soldats et les populations locales.

En rassemblant cinq armées de la sous-région, il s’agit aussi officiellement de renforcer l’interopérabilité et la coopération entre les forces des pays participants, surtout ceux de l’Alliance des États du Sahel créée en septembre dernier, indique Niamey. L’exercice doit s’achever le 3 juin prochain.

Avec RFI

Burkina : Le Capitaine Ibrahim Traoré a désormais le statut de Président de la République 

Au Burkina Faso, lors des assises nationales tenues ce samedi 25 mai 2024, plusieurs grandes modifications ont été apportées à la Charte de la Transition.

Les points forts sont entre autres : Le président de la Transition a désormais statut de Président du Faso. La durée de la Transition est prolongée de cinq ans à compter du 2 juillet 2024.

12 personnes vont désormais représenter les parties politiques toutes tendances confondues. Les quotas sont désormais supprimés.

Le Président du Faso, le Premier ministre et le Président de l’ALT sont éligibles aux prochaines élections présidentielles, municipales et législatives. Le choix des membres du gouvernement et des députés se fera aussi sur la base du patriotisme.

Mali : coup d’envoi de la construction d’une nouvelle centrale solaire de 200 MWc

Ce vendredi 24 mai 2024, dans la matinée, le Président de la Transition, le Colonel Assimi GOÏTA, Chef de l’État, a donné le coup d’envoi de la construction de la nouvelle centrale solaire à Sanankoroba, dans la région de Koulikoro. 

Cette cérémonie marque un tournant décisif pour l’avenir énergétique du Mali et témoigne de l’engagement du Président GOÏTA à fournir une source d’énergie propre et durable à la nation.

Le lancement des travaux de cette centrale solaire de Sanankoroba a vu la présence de plusieurs personnalités de haut rang. Étaient présents le Premier ministre, le Président du Conseil national de Transition, ainsi que plusieurs membres du Gouvernement, dont Mme Bintou CAMARA, ministre de l’Énergie et de l’Eau. Des diplomates accrédités, dont l’ambassadeur de la Fédération de Russie auprès de la République du Mali, ont également honoré de leur présence cet événement.

Présidence de la République du Mali

Accusé d’un meurtre au Tchad, un militaire français se suicide en prison

Adjudant-infirmier des armées, Pierre-Olivier K. a été mis en examen et écroué le 26 avril à Paris, accusé d’avoir tué un soldat tchadien allié en mission. Alors que l’enquête française a révélé des indices troublants, le militaire, qui clamait son innocence, s’est donné la mort à Fresnes.

« Je ne comprends pas ma présence en prison, je n’ai fait que me défendre dans le cadre de mon service à la France. Ici, je suis placé à l’isolement car plusieurs détenus ont appris que j’étais militaire (…) S’il vous plaît, essayez de faire quelque chose pour me sortir d’ici, je ne pense pas tenir longtemps. »

Cette lettre en forme d’appel à l’aide, signée le 15 mai, est celle d’un détenu peu ordinaire : Pierre-Olivier K., un adjudant de l’armée française connu pour ses actes de bravoure sur les théâtres d’opérations extérieures. Elle est parvenue à ses parents ce jeudi par la Poste. Mais il était déjà trop tard. Le militaire s’est entre-temps suicidé, pendu dans sa cellule de la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).

Le Parisien

Union Africaine : Moussa Faki Mahamat quittera son poste en février 2025

Moussa Faki Mahamat quittera son poste de président de la Commission de l’Union Africaine (UA) en février 2025. Il sera remplacé probablement par un ressortissant d’Afrique de l’Est, où, du Kenya au Comores, les candidatures se multiplient déjà.

La course à sa succession à la tête de la Commission de l’Union africaine (UA) en février 2025, est officiellement ouverte.

Les candidats, qui ont jusqu’au 6 août pour déposer leur dossier, seront tous issus d’Afrique de l’Est, en vertu du principe de rotation voulu par la réforme des institutions de l’UA. 

Sénégal : deux personnes interpellées pour des attaques contre le Premier ministre sur l’homosexualité

Un activiste et un prêcheur ont été placés en garde à vue à Dakar après avoir attaqué le Premier ministre sénégalais Ousmane Sonko et ses récents propos sur l’homosexualité.

Deux hommes, un activiste et un prêcheur, font l’objet d’investigations pour “diffusion de fausses nouvelles” et “offense” à l’encontre du chef du gouvernement, dit une source proche de l’enquête.

L’activiste Bah Diakhaté, interpellé le 20 mai par la Division des investigations criminelles (Dic, police judiciaire), s’est livré dans une vidéo à des attaques contre la personne d’Ousmane Sonko après une déclaration de ce dernier sur le thème de l’homosexualité le 16 mai.

Le prêcheur Cheikh Ahmed Tidiane Ndao, placé en garde à vue ce 21 mai par les mêmes services, a reproché dans une autre vidéo au Premier ministre ce qu’il dénonce comme de la complaisance vis-à-vis de l’homosexualité.

Le débat sur l’homosexualité a resurgi au Sénégal après les propos prononcés le 16 mai par Ousmane Sonko à l’occasion de la visite de l’opposant de gauche radicale française Jean-Luc Mélenchon.

L’homosexualité est largement considérée comme une déviance au Sénégal où la loi réprime d’un emprisonnement d’un à cinq ans les actes dits “contre nature avec un individu de son sexe”. Ousmane Sonko réclame le respect des pays occidentaux pour les spécificités des sociétés africaines pour lesquelles selon lui “la question des genres n’est pas nouvelle” et qui “les (gèrent) à leur façon”.

“Depuis l’aube des temps jusqu’à présent, les sociétés ont vécu avec ces phénomènes et il n’y a jamais eu de persécution, ni ici au Sénégal, ni nulle part en Afrique”, a-t-il déclaré. Si le fait “n’est pas accepté, il est toléré”, a-t-il dit. Des cercles proches des religieux, des opposants et des militants ont reproché à Ousmane Sonko d’avoir défendu la tolérance vis-à-vis de l’homosexualité et d’avoir offert à Jean-Luc Mélenchon une tribune pour plaider la cause des minorités sexuelles.

TV 5 Monde Afrique

UA : Moussa Faki Mahamat condamne la tentative de coup d’État en RDC

Le Président de la Commission de l’Union africaine, S.E Moussa Faki Mahamat, a suivi avec une vive préoccupation les événements survenus à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), aux premières heures du 18/ 19 Mai 2024.

Il condamne fermement cette tentative de coup d’État et se félicite de la maîtrise de la situation annoncée par les forces de défense et de sécurité du pays.

Il se réjouit que l’ensemble des responsables des institutions républicaines sont sains et saufs Il saisit cette occasion pour condamner tout recours à la force pour changer l’ordre constitutionnel dans tout état africain quel qu’il soit.

23 migrants portés disparus, au large des côtes tunisiennes

Vingt-trois personnes sont portées disparues après avoir voulu se rendre par la mer en Europe depuis la ville de Nabeul, en Tunisie, a déclaré samedi 18 mai la Garde nationale du pays.

La Garde nationale, dont dépendent les gardes-côtes, a indiqué que les recherches étaient toujours en cours car le groupe avait pris la mer au début du mois de mai. « Ils ont embarqué sur un bateau dans la nuit du 3 au 4 mai », lit-on dans le communiqué, ajoutant que les familles des disparus se sont manifestées pour informer les autorités dix jours plus tard.

Sur ordre du procureur de la ville, la Garde nationale a annoncé l’arrestation de cinq personnes impliquées dans l’organisation de la traversée. Deux des personnes portées disparues étaient des proches de certains des organisateurs, a précisé le communiqué.

Avec Jeune Afrique

Gabon : l’ex-président Ali Bongo en grève de la faim pour protester contre des «actes de torture»

Au Gabon, l’ancien président Ali Bongo et ses deux plus jeunes fils Jalil et Bilal ont entamé une grève de la faim pour protester contre la « séquestration » et les « actes de torture » dont plusieurs membres de leur famille seraient victimes.

L’annonce a été faite mardi 14 mai par leurs avocats, qui indiquent également qu’une plainte a été déposée devant le Tribunal judiciaire de Paris.

Source : RFI

Ouganda: des médicaments contre le VIH/Sida utilisés pour engraisser les porcs

Des éleveurs ougandais de porcs et de poulet administrent des antirétroviraux contre le VIH/Sida, à leurs animaux afin de les engraisser. Les informations révèlent que l’Autorité nationale ougandaise des médicaments a admis qu’elle était au courant des faits. 

C’est devant le parlement ougandais que les révélations ont été faites. Selon un rapport de BBC, la commission parlementaire sur le VIH/Sida a enquêté sur une étude universitaire sur la façon dont les animaux de ce pays d’Afrique de l’Est reçoivent des médicaments pour traiter certaines maladies et aussi pour les engraisser.

Amos Atumanya, l’inspecteur principal de la National Drug Authority (NDA), a déclaré mercredi aux députés qu’une enquête avait été menée après des alertes de membres du public en 2014.

Il a confirmé que l’étude a révélé que des ARV avaient été administrés à des porcs et des poulets, mais que son rapport d’enquête avait été caché au public.

«Certains se demandaient si nous exagérions cela de manière disproportionnée, qu’est-ce que cela signifierait pour l’économie si nous allions exporter des produits alimentaires en tant que pays ? Nous avons donc essayé de trouver d’autres moyens de gérer cette situation», a-t-il déclaré.

Selon la BBC, les enquêtes contenues dans le rapport indiquent que le fait pour les éleveurs d’administrer des ARV aux animaux, leur permettaient de traiter la peste porcine africaine, une maladie touchant les porcs pour laquelle il n’existe actuellement aucun remède. Il a également vérifié les affirmations selon lesquelles les médicaments étaient utilisés pour traiter la maladie de Newcastle chez les poulets.

Aussi, une étude présentée au parlement récemment, a révélé, selon la BBC, que des personnes affirment que les porcs nourris aux ARV grandissent plus vite et grossissent et ont tendance à tomber moins souvent malades.

Elle a indiqué que 33,3 % des tissus de poulet et 50 % de la viande de porc testés sur les marchés de la capitale, Kampala, et de la ville de Lira, dans le nord du pays, contenaient des résidus d’ARV.

On craint que la consommation de tels aliments puisse conduire à une résistance aux médicaments chez ceux qui ont besoin de prendre des ARV et mettre en péril le financement des donateurs qui fournissent les médicaments pour traiter le VIH et le sida.

Avec ActuCameroun