Mali : Le colonel Assimi Goïta, reçoit un projet de nouvelle Constitution

Le colonel Assimi Goïta, a reçu lundi un projet de nouvelle Constitution, amendant un avant-projet contesté à l’automne dernier, ont rapporté ses services, sans s’exprimer sur la date de sa soumission à référendum.

Cette Constitution est un élément clé du vaste chantier de réformes invoqué par les militaires pour justifier leur maintien au pouvoir. Son adoption serait une étape importante dans le calendrier menant à des élections en février 2024 et à un retour des civils au pouvoir.

Le contenu de ce nouveau projet présenté comme “final” par la présidence malienne n’avait pas été rendu public lundi en début de soirée. Dans le calendrier élaboré par la junte, cette Constitution était censée être soumise à un référendum le 19 mars. Mais à moins de trois semaines du terme, le doute va croissant sur le respect de cette échéance, et le communiqué de la présidence malienne ne dit rien sur le sujet.

“Le document final, que je viens de recevoir aujourd’hui, cristallisera, à n’en pas douter, l’espoir de la nation toute entière quant à l’instauration d’une véritable démocratie”, déclare le colonel Goïta, cité dans le communiqué.

Le colonel Goïta faisait partie des officiers qui ont renversé la présidence civile en 2020. Il s’est fait investir président d’une période dite de transition à la suite d’un second putsch en 2021.

Le projet qui lui a été remis lundi amende un avant-projet divulgué en octobre 2022. La teneur de cet avant-projet et la pertinence même d’une nouvelle Constitution ont été remises en cause par un certain nombre de partis et d’acteurs politiques qui ont cependant peiné à faire entendre leur voix, dans un contexte où toute contestation organisée est quasiment réduite à l’impuissance.

Des parties de l’avant-projet “ont été supprimées, certaines fusionnées et d’autres reformulées”, dit dans le communiqué de la présidence le coordinateur de la commission qui a finalisé le projet, Fousseyni Samaké. Le communiqué ne précise pas ce qui a été modifié dans l’avant-projet. Le projet comporte 191 articles au lieu de 195, dit-il.

L’avant-projet renforçait considérablement les pouvoirs du président. Il écartait aussi l’hypothèse d’une fédération qui aurait conféré une forte autonomie au nord du pays, d’où sont parties en 2012 les insurrections indépendantiste et salafiste, début d’une profonde crise sécuritaire et politique qui continue aujourd’hui.

La question d’une éventuelle candidature de l’homme fort du régime reste posée, malgré un engagement initial pris par la junte à ce que le président de transition ne puisse pas concourir. L’actuelle Constitution, datant de 1992, passe pour un facteur de la crise que traverse le pays, théâtre de trois coups d’Etat depuis 1991 et cinq depuis l’indépendance.

AFP

Tchad : Qui est Général Mahamat Charfadine Margui, nouveau ministre de la sécurité publique ?

(Hamama Média, Mardi 28 février 2023) – Nommé par décret N°0329/PT/PM/2023 du 26 février à la tête du ministère de la sécurité publique et de l’immigration, en remplacement du Général Idriss Dokony Adiker, Général Mahamat Charfadine Margui a été officiellement installé dans ses fonctions ce mardi 28 février 2023.

C’est la Secrétaire générale adjointe du gouvernement, Madame Fatimé Aldjineh Garfa qui a présidé cette cérémonie de passation de service, en présence de plusieurs directeurs des grandes formations militaires, des officiers généraux et supérieurs ainsi que des membres de la famille.

Né le 11 août 1976 à Nanou, Général Mahamat Charfadine Margui est Contrôleur Général de Police de 2e Grade et a reçu plusieurs formations spécialisées entre autres, diplôme de Magistrat à l’École Nationale de Formation Judiciaire : 1ere promotion, diplôme de l’Institut de formation aux opérations de paix des Nations Unies, licence en management des organisations, diplôme d’école Nationale de Police/Tchad, formation au Centre d’Études Stratégiques de l’Afrique CESA de Washington/USA…

Général Mahamat Charfadine Margui a reçu également plusieurs formations entre autres, sur la coopération judiciaire et policière internationale en matière pénale contre le terrorisme et aussi quelques formations pour le pré-déploiement aux missions de paix des Nations Unies/Ouganda, formation sur la cybercriminalité et le terrorisme/Coopération Japonaise, formation sur la protection des droits de l’homme dans les réponses de justice pénale/terrorisme, formation du Département de la Sureté et de la Sécurité des Nations Unies et bien d’autres formations dans le domaine de la sécurité.

Avec ses riches parcours et formations reçues en matière de la sécurité, les Tchadiens peuvent placer leur confiance au Général Mahamat Charfadine Margui qui semble être l’homme de la situation, car il a occupé plusieurs hautes fonctions au Tchad et à l’étranger. Car, de Février 2021 à nos jours, il était le Chef des opérations de la composante police de la MINUSAM /MALI, de juin 2018 à Janvier 2020 il fût le Directeur General Adjoint de l’Agence Nationale de Sécurité, de 2016 à 2018 il fût directeur Adjoint de la Police Judiciaire.

De 2003 à 2016, général Mahamat Charfadine Margui a occupé les postes suivants : Officier chargé du contrôle et de l’autorisation de la délivrance des cartes d’identité nationale à la Direction de l’identification Judiciaire, Commissaire Adjoint au Surveillance du Territoire de la ville de N’Djaména, Commandant de la Police des Nations Unies dans la Région de Nzi Comoé en Côte d’Ivoire pour le compte de la mission de Paix des Nations Unies : ONUCI Cote d’Ivoire, Directeur adjoint de Ressources Humaines au ministère des Affaires foncières et du Domaine, Chef de département des moyens généraux et de sécurité…

Au delà de ses riches parcours, Général Mahamat Charfadine Margui a reçu plusieurs distinctions: médaille des Nations Unies/MINUSMA/MALI (2021-2022), médaille des Nations Unies/ONUCI/Cote d’Ivoire (2009-2011), médailles des Nations Unies pour le maintien de la paix (2005-2006), mérite Militaire avec palme d’or pour les actes héroïques rendus à la Nation, février 2008.

Général Mahamat Charfadine Margui, prend la tête du ministère de la sécurité publique et de l’immigration avec pleins de défis sécuritaires qui l’attendent.

Mayo-Kebbi Ouest : La coalition des organisations de la Société Civile de la province contre la privatisation de la SONACIM

Selon les informations selon lesquelles la Société Nationale de Ciment (SONACIM) de Baoré serait sur la voie d’être privatisée, la coalition des organisations de la société Civile de la Province du Mayo-Kebbi Ouest se mobilise contre cette procédure.

C’est pourquoi, elle convie tous les ressortissants de ladite province résidents à N’Djaména, à une Assemblée Générale extraordinaire qu’elle organise au centre Don Bosco, ce dimanche 05 mars 2023 11h30 à 13h 00 min.

Tchad : Pour des raisons de sécurité, Mahamat Ahmat Lazina quitte le pays

Le Président du parti Mouvement National pour le Changement au Tchad (MNCT), Mahamat Ahmat Lazina a quitté le pays il ya quelques jours pour des raisons de sécurité. Il s’est senti menacé. Il se trouve désormais à Paris en France. Il a quitté N’Djamena avec le soutien de deux Chefs d’État africains a t’on appris des sources de lui.

Après l’interdiction de la tenue de la rentrée politique de son parti puis son éviction judiciaire par la cour suprême, Lazina a commencé à recevoir des menaces selon nos informations. «Il est filé dans ces mouvements, tard dans la soirée des véhicules banalisé viennent devant chez lui ».

Selon une source sécuritaire, un plan d’arrestation de Mahamat Ahmat Lazina a été mis en place par les autorités de la transition. Ce plan consiste à le placer en détention et d’organiser un procès.ce plan a échoué,il a pu quitter N’Djamena sans que les services de sécurité ne s’en rendent compte.

Lazina a quitté avec toute sa famille le pays. Son objectif est de se rendre aux Etats Unis dans les jours avenirs. Il a quitté le pays dans une grande discrétion.

Nouvelles.td

Ouaddai : Wenaklabs forme sur les collectes des données avec ODK et Kobo collect

Un atelier de formation sur les collectes des données avec ODK et Kobo collect s’est ouvert lundi 27 février 2023 à Abeché, chef-lieu de la province du Ouaddai.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée a l’ADETIC , par le Président de l’association des jeunes leaders pour le développement de l’emploi et de la formation (AJLDEF), du représentant de Wenaklabs d’Abeché.

Cette formation dont l’objectif principal est d’outiller les différentes couches sociales de la province à des collectes de données efficaces avec des moyens numériques conséquents est dispensée par l’équipe Wenaklabs constituée des Chercheurs et Ingénieurs, spécialistes en géomatique avec une expérience dans la réalisation des projets.

Ouverte au profit des personnels des ONG, des jeunes, des OSCS et des femmes du Ouaddai, la formation prendra fin le 02 mars.

Cadre de Dialogue Politique : le ministre de l’administration invite les partis politiques à retirer des documents à examiner le 2 mars

Le ministre de l’Administration du territoire, Limane Mahamat, dans un communiqué rendu public ce lundi 27 février 2023 invite les responsables des partis politiques à retirer à son cabinet, “un jet de documents’’ initiés par le comité ad hoc chargé de l‘élaboration des documents constitutifs du nouveau cadre de dialogue politique.

«Ces documents seront examinés en assemblée plénière prévue le 2 mars prochain à 10h au palais des arts et de la culture, » précise le communiqué.

Turquie : Un mort et des dizaines de blessés dans une nouvelle secousse

Trois semaines après les tremblements de terre qui ont coûté la vie à plus de 44 000 personnes, plusieurs dégâts matériels, une nouvelle réplique ce lundi a fait au moins un mort et 69 blessés, et détruit 29 immeubles, rapporte le journal Libération.

De nouveaux immeubles se sont effondrés dans la province turque de Malatya (sud-est) après une secousse de magnitude de 5,6.

Selon l’agence publique de gestion des catastrophes (Afad) dans un me publication, le premier bilan est d’un mort, 69 blessés et 29 immeubles détruits.

Tchad : les conseillers nationaux interpellent le ministre des hydrocarbures et de l’énergie, Djerassem Le Bemadjiel

Ce lundi 27 février 2023, la deuxième séance plénière de la première session ordinaire 2023 du Conseil National de Transition s’est ouverte et présidée par la deuxième vice-présidente du Conseil National de Transition, Dr Khadija Atimer.

Dans le cadre de la question de la crise énergétique que connaissent les villes du Tchad en général et la ville de N’djaména en particulier, le Ministre des Hydrocarbures et de l’Energie, Monsieur Djerassem Le Bemadjiel a été interpellé par les conseillers nationaux.

La question a été initiée par le Conseiller Mahamat Oumar Adoum.

Nous reviendrons