Violences contre les immigrés en Tunisie : Quelle réaction des autorités pour sauver les ressortissants tchadiens?

La situation des ressortissants d’Afrique subsaharien devient de plus en plus inquiétante.

Tout est parti le 21 février, lorsque le président tunisien Kaïs Saïed a affirmé que la présence en Tunisie de “hordes” d’immigrés clandestins provenant d’Afrique subsaharienne est source de “violence et de crimes” et relève d’une “entreprise criminelle” visant à “changer la composition démographique” du pays.

Ce discours du Président tunisien a été condamné par plusieurs ONG comme “raciste et haineux” et a provoqué un tollé en Tunisie et partout dans le monde.

Depuis quelques moments, les personnes d’Afrique subsaharienne vivant en Tunisie, font état d’une recrudescence des agressions les visant et se sont précipitées par dizaines à leurs ambassades pour être rapatriées.

Quelques 300 Maliens et Ivoiriens ont déjà quitté la Tunisie ce 4 mars en avion. Des ressortissants d’Afrique subsaharienne cherchent à fuir des agressions et des manifestations d’hostilité après une violente charge du président Kaïs Saïed contre les migrants en situation irrégulière, question de se mettre à l’abri de toute attaque.

Cependant quelle est la situation de nos compatriotes tchadiens vivant à Tunis et les autres villes du pays? Pour des raisons de sécurité, le gouvernement doit mettre sur pied un plan pour leur bien-être.